Société

|

La Ferme urbaine de Saint-Denis, dernière rescapée de la plaine des Vertus

La ferme urbaine Saint-Denis / © JP Sageot
La Ferme urbaine de Saint-Denis / © JP Sageot

Il fut un temps où la Seine-Saint-Denis abritait la plus grande plaine maraîchère de France, la plaine des Vertus. Un héritage qu'entretient aujourd'hui la Ferme urbaine de Saint-Denis sur un terrain de près de 4 hectares au milieu des tours. Samedi 22 septembre, on vous y emmène à l'occasion de nos week-ends "Les mains dans la terre" organisés dans le cadre des Rencontres agricoles du Grand Paris. L'inscription est gratuite et s'effectue quelques centimètres plus bas.

Entourée de barres d’immeubles, la Ferme urbaine de Saint-Denis est une rescapée. Si une quarantaine de fermes tenaient encore debout en Seine-Saint-Denis dans les années 60, le béton a fini par couler sur les champs. Seule la famille Kersanté, exploitants de père en fils depuis 1920, faisait perdurer l’activité de l’ex « plaine des Vertus », qui fut pendant longtemps la plus vaste plaine légumière de France. Mais l’an dernier, René Kersanté, 76 ans, a stoppé sa production d’un million de salades par an et passé la main à un binôme inattendu, les Fermes de Gally et le Parti poétique, sorti gagnant d’un appel à projets lancé par la ville de Saint-Denis afin de maintenir la vocation agricole de ce terrain de près de 4 hectares. 

« Il n’y a pas d’acte plus politique que celui de manger »

De fait, l’ambition du lieu est double. Pour les Fermes de Gally, il s’agit de recréer un réseau d’exploitations aux portes de Paris afin de retrouver une logique de commerce de proximité et ainsi faire barrage au business de l’agro-alimentaire. Côté Parti poétique, collectif d’artistes-apiculteurs connu pour son Miel Béton produit dans le 93, l’enjeu est davantage pédagogique. Au sein de la ferme et de leur parcelle baptisée « Zone sensible », ces derniers cultivent en permaculture près de 130 variétés de légumes, aromates et fleurs et mènent différents projets. L’un d’eux, piloté par l’association COAL (“Coalition pour l’art et le développement durable”) et le CNRS, vise à développer le concept des récits-recettes. L’idée consiste à collecter des recettes traditionnelles auprès des habitants et de mettre en culture les ingrédients nécessaires à leur réalisation tout en les racontant à travers des lectures-performances, des recueils de recettes et des ateliers de cuisine. « Pour certains, la diversité culturelle du 93 est un problème, pour moi c’est une richesse. Il n’y a pas d’acte plus politique que celui de manger. Il faut faire le lien entre ce que l’on met dans notre assiette et la société que l’on souhaite. Ici les habitants ne se posent pas la question du bio, inaccessible pour leur porte-monnaie. Manger sain devrait être un droit fondamental du XXIème siècle, c’est une véritable injustice sociale !”, martèle Olivier Darné, co-fondateur du Parti poétique.

A lire : Sous les pavés, les légumes des Vertus

La Ferme urbaine de Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris
La Ferme urbaine de Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris

Décloisonner l’art et démocratiser le bien-manger

Aux abords des plantations, une grande serre, des containers aménagés, une petite scène de spectacle et une galerie d’art contemporain à ciel ouvert permettent d’accueillir chefs cuistots en résidence, ateliers pédagogiques, expositions, pièces de théâtre, banquets collectifs, cinéma en plein air, conférences et masterclass.  Un parcours olfactif a également été imaginé avec la parfumerie Cartier tandis que des tisanes seront prochainement disponibles. “Cette ferme est un laboratoire autour du triptyque nature-culture-nourriture. Notre objectif est de décloisonner l’art et de démocratiser le bien-manger. Cultiver des pommes de terre pour faire un atelier frites maison avec les enfants du quartier alors qu’on est juste à côté d’un McDonald’s, c’est le pied !”, s’amuse Jean-Philip Lucas, membre du Parti poétique. Le défi est maintenant de trouver un modèle agricole et économique viable. Les graines, en tous cas, sont semées. 

Les week-ends « Les mains dans la terre »
22 septembre de 10h30 à 14h à la Ferme urbaine de Saint-Denis

Au programme : visite de l’exposition de la galerie d’art en plein air et tour du potager en permaculture, jardinage avec les membres du Farm Club, pique-nique partagé, vente de Miel béton produit dans le 93. Inscription gratuite et obligatoire sur Eventbrite

Les week-ends « Les mains dans la terre » font partie de la programmation des premières Rencontres agricoles du Grand Paris organisées par Enlarge your Paris et la Métropole du Grand Paris, en association avec les Bergers urbains

Infos pratiques : La Ferme urbaine de Saint-Denis, 114 avenue de Stalingrad, Saint-Denis (Seine Saint Denis). Visites organisées par le Parti Poétique le mercredi 14h à 18h et le samedi de 10h à 18h (3€). Plus d’infos sur Facebook

La Ferme urbaine de Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris
La Ferme urbaine de Saint-Denis / © Jean-Fabien Leclanche pour Enlarge your Paris

 

A lire : V’île Fertile expérimente le maraîchage bio en bordure du bois de Vincennes