Artdevivre

|

Les friches du Grand Paris à tester en 2019

Vive les Groues ! au pied des tours de La Défense à Nanterre / DR
Friche Vive les Groues ! au pied des tours de La Défense à Nanterre / © Vive les Groues

C’est notre point mercato annuel des friches dans le Grand Paris avec comme toujours des lieux improbables comme les dessous du périphérique ou une ancienne manufacture d'orfèvrerie.

Si l’on compte de nombreuses nouvelles friches grand-parisiennes, ayons tout d’abord une pensée pour ces lieux magiques qui ont disparu. Adieu donc le Wonder à Bagnolet, les Jardins de Guinot à Saint-Ouen, le FDP à Max Dormoy, la Halle Papin à Pantin et La Cappela à Gare de l’Est… Merci pour tout. Et maintenant, place à la relève ! 

Zone sensible, ferme agriculturelle à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Aux commandes du Parti Poétique et producteur du Miel Béton à Saint-Denis, l’hyperactif Olivier Darné s’est lancé avec les Fermes de Gally dans un nouveau pari : reprendre la dernière ferme maraîchère du 19ème siècle encore en activité aux portes de Paris et en faire le centre de gravité de ceux qui voudront mêler art, environnement, culture et nourriture. Au programme de cette « Zone sensible », des visites, des ateliers, du jardinage, des cours de cuisine, des cueillettes et des séances de dégustation. Coup d’envoi des festivités en avril.

Infos pratiques : Zone sensible-Ferme urbaine de Saint-Denis, 112 avenue de Stalingrad, Saint-Denis (93).  Accès : Métro Saint-Denis Université Ligne 13. Plus d’infos sur Facebook

Zone Sensible-Ferme urbaine de Saint-Denis / © JP Sageot
Zone Sensible-Ferme urbaine de Saint-Denis / © JP Sageot

Vive les Groues !, pépinière au pied des tours de La Défense  (Nanterre / Hauts-de-Seine)

La saison #2 des Grands Voisins entamée depuis peu, la prolifique équipe parisiano-marseillaise de Yes We Camp s’active également à l’ouest, à Nanterre, avec une friche de 9 000 m2 et l’objectif d’y planter des arbres au gré d’ateliers ludiques, de plantations collectives, de promenades et de moments festifs. Pensée comme une place publique, Vive les Groues ! propose une riche programmation, des installations artistiques et, signature Yes We Camp, un camping ! Sans oublier des veillées tout au long de l’été embaumées du fumet des barbecues. Ce sera notamment le cas samedi 11 mai, avec une « journée avec les arbres » co-organisée par Enlarge your Paris dans le cadre des Rencontres agricoles du Grand Paris : plantations et taille, mini-conf’, open BBQ… de 14h à 21h. Et c’est gratuit ! 

Infos pratiques : Vive les Groues !, 290 rue de la Garenne, Nanterre (92). Accès : Gare de Nanterre Préfecture RER A. Plus d’infos sur Facebook

 

Vive les Groues ! à Nanterre / © Vive les Groues !
Vive les Groues ! à Nanterre / © Vive les Groues !

La Station – Gare des Mines, cocon de la scène indé (Paris / 18e)

Le collectif MU rayonne depuis un bon moment sur la scène indé parisienne depuis son antre de la Goutte d’Or : le garage MU. En 2016, c’est dans une friche de la Porte d’Aubervilliers que ses membres ont posé leurs valises avec une première saison en open air ambitieuse, réunissant plus de 500 artistes et 30.000 visiteurs autour d’une programmation musicale plaisante et pointue. Le lieu a tout pour plaire : l’ancienne gare désaffectée devenue tour à tour squat puis boîte de nuit créole s’est muée en temple du chill avec bar, resto, transats et une table de ping-pong histoire de se la couler douce sous le soleil du périph’. Depuis trois ans, et sans mettre de côté le bon son, les maîtres des lieux ont multiplié les initiatives pour renforcer leur ancrage sur le territoire : résidences (l’écrivain Philippe Vasset, le collectif Brut Pop et leur fablab d’instruments DIY ou encore les architectes de l’atelier Craft et les fêtards d’Hydropathes), ateliers, repas et projections. De quoi garantir une belle saison 2019, peut-être la dernière si l’on en croit le décompte qui s’est enclenché sur le site internet du collectif.

Infos pratiques : La Station-Gare des Mines, 29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris (18e). Accès : Métro Front populaire Ligne 12. Plus d’infos sur Facebook

La Station - Gare des mines porte d'Aubervilliers / DR
La Station – Gare des mines Porte d’Aubervilliers dans le 18e /© Collectif MU

Freegan Pony, les hackers du périph’ (Paris / 19e)

Situé sous le périph’, ce lieu improbable présente deux faces. La dark side, c’est le Péripate et ses nuits infinies qui ne cessent qu’avec la fatigue. L’autre face est incarnée par le Freegan Pony, cantine à prix libres gérée par une armée de chefs et de bénévoles passionnés qui écument les invendus du marché de Rungis pour sauver de la benne les fruits et légumes trop moches ou trop mûrs pour la vente. Entre les mains de cette brigade associative, betteraves obèses ou carottes à trois têtes se voient offrir une seconde chance, pour notre plus grand plaisir. Le lieu a fini par obtenir une convention d’occupation et amorce des travaux de mise aux normes pour rouvrir sous peu les portes de son restaurant.

Infos pratiques : Le Freegan Pony, 11 place Auguste Baron, Paris (19e). Accès : Métro Porte de La Villette Ligne 7. Plus d’infos sur les pages Facebook du Freegan Pony et du Péripate 

Le Freegan Pony sous le périphérique /  © Freegan Pony
Le Freegan Pony sous le périphérique dans le 19e / © Freegan Pony

DOC !, l’ancien lycée devenu résidence artistique (Paris / 19e)

Cet ancien lycée technique tombé en désuétude profite d’une seconde vie depuis mars 2015, date à laquelle deux anciens étudiants des Beaux-Arts à la recherche d’un atelier décident de squatter le site et de lui offrir une nouvelle jeunesse. Les quelque 3000 m2 du bâtiment profitent alors  d’un sérieux lifting avec l’intervention du duo d’artistes, secondé par une bande naissante et le concours de nombreux artisans acquis à leur cause. Après des mois de labeur, le site est à nouveau électrisé, l’eau courante de retour et les nombreuses machines des ateliers techniques remises en service. Une association est créée et l’endroit attire vite de nombreux artistes qui profitent à moindre coût des commodités offertes par le bâtiment. DOC ! abrite en outre une salle de projection (« Le DOC ! présente » et sa programmation décalée), un espace d’exposition et accueille tout au long de l’année de nombreux concerts. Mis en demeure depuis le 26 décembre 2015, DOC ! n’en finit pas de prescrire.

Infos pratiques : DOC !, 26 rue du Docteur Potain, Paris (19e). Accès : Métro Télégraphe Ligne 11. Plus d’infos sur Facebook

La Nuit Blanche au DOC à Paris / © DOC
La Nuit Blanche au DOC à Paris / © DOC

Le Post, pour le moment « tout va bien » (Paris / 9e)

Exit le FDP, squat protéiforme du côté de Max Dormoy tenu par Alex Gain (L’Amour, le Point G, le Wonder) et Aladdin Charni (Pipi Caca, Péripate), attaqué par les grues et les tractopelles cet hiver. Qu’à cela ne tienne, le serial squatteur Alex Gain profite de la nuit du 31 décembre pour mobiliser, à coup de posts Facebook, une petite bande d’aventuriers qui prennent possession, dans le 9ème arrondissement, d’un immeuble de bureaux inoccupé depuis 10 ans. Quelques travaux plus tard, le lieu a ouvert ses portes pour la première fois en mars et inviter le public à découvrir les ateliers des plasticiens, vidéastes, tatoueurs, performers, musiciens et photographes qui se partagent les différents étages. Le Post restera toutefois discret pour rester toléré par le voisinage tandis que la mairie du 9ème et la Ville de Paris semblent accueillir le nouveau spot avec bienveillance malgré une procédure à venir. Pour le moment “Tout va bien” peut-on lire en lettres géantes sur les fenêtres de ce qui sera pour les prochains mois – et espérons années – un épicentre sans précédent pour la scène émergente. 

Infos pratiques : Le Post, 29 rue blanche, Paris (9e). Accès : Métro Trinité – d’Estienne d’Orves Ligne 12. Plus d’infos sur Facebook

Le Post dans le 9e / © Le Post
Le Post dans le 9e / © Le Post

L’Orfèvrerie, petit bijou de briques (Saint-Denis / Seine-Saint-Denis)

Ancienne manufacture d’orfèvrerie, le site Christofle à Saint-Denis est un joyau de l’architecture industrielle. Non loin de la friche du 6b, il forme un petit village d’entrepôts en briques couverts de lierre parcouru de ruelles dans lesquelles on se perd. Les collectifs Manifesto et Soukmachines travaillent à redonner son lustre au lieu avec des résidences d’artistes, d’artisans et d’entrepreneurs en lien avec le monde de la food. Un beau programme qui risque de faire du bruit prochainement quand les rues du village s’animeront de fêtes et de repas partagés.

Infos pratiques : L’Orfèvrerie, 112 rue Ambroise Croizat, Saint-Denis (93). Accès : Métro Saint-Denis – Porte de Paris Ligne 13. Plus d’infos sur soukmachines.com

L'ancienne usine Christofle à Saint-Denis / © Soukamchines
L’ancienne usine Christofle à Saint-Denis / © Soukamchines

Les usines Busso, la nouvelle pépite de Soukmachines (Le Pré-Saint-Gervais / Seine-Saint-Denis)

A moins de 15 minutes à pied de la Halle Papin à Pantin, son ancien refuge de briques, Soukmachines a trouvé de quoi se retourner avec une usine de salaisons dans la petite commune du Pré-Saint-Gervais. « Ça a été le flash de ma vie, raconte Yoann Till-Dimet, fondateur de Soukmachines. Cela peut devenir le lieu de travail le plus fou du Grand Paris dans les années à venir ! » Grands plateaux nus, maisons de fonction, bureaux, vastes chambres froides et toits panoramiques, le site a quelque chose de fascinant. L’association se démène actuellement pour rendre praticable les lieux le plus rapidement possible, c’est-à-dire très bientôt. On devrait y trouver un bar et un restaurant associatif, ce à quoi s’ajoutera des expos, des conférences et quelques concerts. Le tout restera calme, voisinage oblige… 

Infos pratiques : L’usine Busso, 20 rue Gabriel Péri, Le Pré-Saint-Gervais (93). Accès : Métro Hoche Ligne 5. Plus d’infos sur soukmachines.com 

L'usine de salaisons Busso au Pré-Saint-Gervais / © Pauline Demarest
L’usine de salaisons Busso au Pré-Saint-Gervais / © Ville du Pré-Saint-Gervais

La Caserne Exelmans,  (Paris / 16e)

Redonner vie à une caserne de gendarmerie dans le 16e. C’est le pari que l’association Aurore et la coopérative Plateau Urbain – déjà à l’origine, avec Yes We Camp, des Grands Voisins dans l’ancien Hôpital Saint-Vincent-de-Paul dans le 14ème – ont choisi de relever pour les deux années à venir. La caserne hébergera plus de 300 personnes (demandeurs d’asile, réfugiés, personnes en difficultés) ainsi qu’artistes, artisans et entrepreneurs pour devenir un lieu de rencontres, d’échanges mais aussi de fête. Une programmation culturelle et sportive – on parle de foot et de sauna russe – verra le jour qui associera les associations du quartier. Chez Enlarge your Paris, on tire déjà notre képi à cette prometteuse initiative.  

Infos pratiques : Caserne Exelmans, 51 boulevard Exelmans, Paris (16e). Accès : Métro Exelmans Ligne 9. Plus d’infos sur plateau-urbain.com

La caserne Exelmans dans le 16e / © Plateau urbain
La caserne Exelmans dans le 16e / © Plateau urbain

Le Wonder, troisième du nom (Nanterre / Hauts-de-Seine)

Après le Wonder à Saint-Ouen, le Wonder/Liebert à Bagnolet, voici le Wonder/Zénith à Nanterre. Au milieu d’un décor de tours, les tours nuages d’un côté, celles de La Défense de l’autre, ce nouveau site accueille le collectif d’artistes né dans l’ex-usine Wonder de Saint-Ouen. Il faudra attendre cependant pour revivre la folle périodes des Opéras – ces expositions-fêtes nées à Bagnolet -, le Wonder/Zénith n’ouvrira ses portes au public que très ponctuellement. A surveiller de près donc…

Infos pratiques : Le Wonder/Zénith, 167-169 avenue Pablo Picasso, Nanterre (92). Accès : Métro La Défense Ligne 1 / Gare de La Défense RER A, Lignes L et U. Plus d’infos sur Facebook

Une soirée au Wonder / © Le Wonder
Une soirée au Wonder / © Le Wonder

La Cité fertile, un hectare pour penser et boire à la santé de la ville de demain (Pantin / Seine-Saint-Denis)

Un hectare et trois ans pour réfléchir à la ville de demain le long des rails du RER E à Pantin. C’est la mission que s’est fixée la Cité fertile, ouverte depuis l’été dernier dans une ancienne gare de marchandises et dernier gros projet d’urbanisme transitoire en date de la SNCF dans le Grand Paris. Aux manettes, on trouve l’équipe de Sinny&Ooko, à qui l’on doit la Recyclerie (18e) et le Pavillon des Canaux (19e). Si l’endroit est pensé pour la détente avec son grand jardin, sa cantine ou encore sa microbrasserie, il se veut aussi laboratoire avec à venir un espace dédié à l’agriculture urbaine ainsi qu’une grande halle pour accueillir des conférences sur les sujets environnementaux. 

Infos pratiques : La Cité fertile, 14 avenue Edouard Vaillant, Pantin (93). Accès : Métro Aubervilliers – Pantin – Quatre chemins Ligne 7 / Gare de Pantin RER E. Plus d’infos sur Facebook

La Cité fertile à Pantin / © La Cité fertile
La Cité fertile à Pantin / © La Cité fertile

A lire : Les friches sont-elles les agents doubles de la gentrification ?