Société

|

V’île Fertile expérimente le maraîchage bio en bordure du bois de Vincennes

V'Île fertile dans le Jardin d'agronomie tropicale à Paris (12e) / © V'Île fertile
V’Île fertile dans le Jardin d’agronomie tropicale à Paris (12e) / © V’Île fertile

Installés depuis 2014 dans le Jardin d'agronomie tropicale à Paris, les bénévoles de V'Île Fertile ont créé une micro-ferme participative. Le 15 septembre, dans le cadre des Rencontres agricoles du Grand Paris et de nos samedis "Les mains dans la terre", ils vous invitent à venir les rencontrer.

 

A quelques pas de la gare RER de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), une micro-ferme maraîchère participative a fait son nid dans un vestige de l’exposition coloniale de 1907, le jardin d’agronomie tropicale, à l’orée du bois de Vincennes (12e). Ces « urbainculteurs », une vingtaine de bénévoles réunis au sein de l’association V’île Fertile, se sont lancés en 2014 suite à l’appel à projets Végétalisations innovantes de la Ville de Paris. Depuis, ils cultivent une parcelle de 600m² sur les terres de ce site historique resté  dans son jus et à l’écart de la foule.

S’inspirant de la tradition maraîchère du XIXème siècle et des méthodes bio-intensives, ils n’ont recours qu’à l’huile de coude et aux traitements autorisés en agriculture biologique pour faire pousser courgettes et tomates. Sans chercher à obtenir la certification biologique, difficile à décrocher, ni à suivre à la lettre les principes de la permaculture, difficilement rentables parfois, les maraîchers ont produit deux tonnes de légumes en 2017. Un activité en bonne voie mais loin d’être évidente à pérenniser. “C’est un projet nécessairement lent. Nous expérimentons, nous apprenons tous des uns et des autres. La majorité des bénévoles souhaitent participer à une forme d’utopie collective. Ils l’envisagent comme un loisir du week-end et n’ont pas la vocation de devenir maraîchers professionnels”, explique Emilie-Laura, l’un des membres de V’île Fertile. L’un des objectifs de l’équipe, qui dépend aujourd’hui des subventions, est de dégager des recettes suffisantes pour salarier l’un des leurs à temps plein et accélérer le développement, notamment en ce qui concerne l’aspect animation et sensibilisation du public.

A lire : Les Bergers urbains inventent la transhumance en ville

Vente de légumes chez V'Île fertile dans le Jardin d'agronomie tropicale à Paris (12e) / © V'Île fertile
Vente de légumes chez V’Île fertile dans le Jardin d’agronomie tropicale à Paris (12e) / © V’Île fertile

De l’importance des initiatives citoyennes

Si de grands banquets collectifs permettent aux adhérents d’échanger sur leurs pratiques tout en goûtant le fruit de leur travail, chacun doit payer ce qu’il souhaite rapporter chez lui. Le samedi et le dimanche, de 15h à 17h, les promeneurs du bois de Vincennes peuvent aussi venir faire leurs emplettes. “Il est difficile de fidéliser les clients car notre production est variable d’un week-end à l’autre. On peut avoir une semaine avec très peu de choix et à l’inverse en plein été on se retrouve avec 50 kg à vendre par semaine alors que les Parisiens sont en vacances”, témoigne Vanessa, une autre bénévole de la micro-ferme.

Dans un coin du jardin, l’équipe fait son propre compost, un cocktail qui se compose d’invendus du marché de Nogent-sur-Marne, de fumier de cheval du centre équestre voisin et des résidus des paysagistes amis. Tout en préparant le thé dans leur cuisine collective, lieu de réunions internes tardives ou d’ateliers ouverts au public, Emilie-Laura philosophe sur l’importance des initiatives citoyennes en matière environnementale : “L’agriculture urbaine va jouer un rôle important pour les prochaines décennies. Il va falloir répondre à une demande alimentaire de plus en plus forte alors que nous comptons de moins en moins de terres cultivables et d’agriculteurs. Elle permet également de ramener la nature en ville, de se reconnecter avec le monde du vivant, du végétal, et de sensibiliser un plus large public aux préoccupations environnementales qui nous concernent tous”

Pour découvrir V’Île Fertile, on vous invite samedi 15 septembre pour une demie-journée (gratuite et ouverte à tous sur inscription) de visite guidée du site suivie d’un atelier dans le potager et clôturée par un pique-nique partagé et une vente des produits de la ferme. Si vous n’êtes pas disponible, vous pouvez toujours scruter l’agenda de l’association, particulièrement fourni en visites et en ateliers. Et pour ceux qui souhaitent s’investir, V’île Fertile est toujours en recherche de maraîchers en herbe !

Les samedis « Les mains dans la terre »
15 septembre de 10h30 à 14h chez V’île Fertile

Au programme : visite guidée du lieu et discussion sur le modèle économique, plantation de semis et entretien du potager, pique-nique partagé dans l’herbe, vente de la production de la ferme. Inscription gratuite et obligatoire sur eventbrite.fr

Les samedis « Les mains dans la terre » font partie de la programmation des premières Rencontres agricoles du Grand Paris organisées par Enlarge your Paris et la Métropole du Grand Paris, en association avec les Bergers urbains

 

Infos pratiques : V’île Fertile, 45 bis avenue de la Belle Gabrielle, Paris (12e). Ouvert au public le samedi et dimanche de 14h à 18h. Les ventes se tiennent entre 15h et 17h. Plus d’infos sur Facebook et sur vilefertile.paris