Culture

Festival Viva Mexico ! Pulque, mezcal y cinema

Ce mardi 6 octobre débute une semaine de grand écran consacrée au plus grand pays d’Amérique centrale : Viva Mexico, le rendez-vous du cinéma mexicain en France pose ses valises aux Lilas et à Chelles. A consommer sans modération.

Avec quatre statuettes glanées en 2015 pour son film Birdman, le cinéaste mexicain Alejandro González Iñárritu était sorti grand vainqueur de la cérémonie des Oscar en février dernier. S’il a désormais acquis une large reconnaissance internationale, plusieurs de ses compatriotes trustent également les distinctions dans les festivals du monde entier.

Gabriel Ripstein, dont la fiction « 600 millas » fait l’ouverture de la semaine, a ainsi été récompensé du prix du meilleur premier film à Berlin au début de l’année. Tandis que Rodrigo Plá, qui présentera son dernier long-métrage pendant le festival, avait obtenu la même distinction à la Mostra de Venise en 2007 pour « La Zona », œuvre coup de poing qui se déroulait dans la banlieue de Mexico City.

« Un cinéma humaniste, qui interroge l’individu »

Pour Jean-Christophe Berjon, en charge de la programmation du festival, le fil rouge de la semaine tient « à l’humanisme des auteurs qui seront présents : on ne proposera pas un cinéma didactique ou extatique, mais un cinéma humaniste, qui interroge l’individu sur son mode de fonctionnement en société ». Au total, ce sont donc 11 long-métrages de fiction qui seront proposés au public, mais également plusieurs documentaires, qui s’inscrivent dans la même logique.

 

https://www.youtube.com/watch?t=3&v=gBPGN4x5JK8

 

Parmi ceux-ci : Llévate mis amores, qui traite de la façon dont les Mexicains vivent les phénomènes migratoires dans leur pays: « Ce n’est pas un film de plus sur le sujet », explique Jean-Christophe Berjon, « mais un point de vue très singulier, qui renvoie en particulier aux mobilisations citoyennes qui ont lieu aujourd’hui dans la société française et européenne face aux flux de migrants ».

Avec, pour quasiment chaque séance, l’occasion de rencontrer les réalisateurs, producteurs, comédiens ou personnages de documentaires, pour des échanges sur les œuvres. Parce que « l’un des grands plaisirs de la société mexicaine, cela reste quand même de partager des moments de vie avec les Mexicains », note Jean-Christophe Berjon.