Artdevivre

Le roller derby va secouer Montreuil ce week-end

Ce week-end, Montreuil accueille la dernière étape du championnat de France de roller derby. Afin d'en apprendre plus sur ce sport, nous sommes allés à la rencontre de l'équipe du 9-3 : les Nasty Pêcheresses.

Nasty Pecheresses de Montreuil / © Julie Gourhant

Si vous n’avez jamais entendu parler du roller derby, imaginez-vous un sport de contact sur patins pratiqué par des femmes. Même goût du contact et du spectacle. Pseudos, tenues, maquillage, chaque équipe possède sa griffe. A l’instar du catcheur, la derby girl choisit son nom de scène, se créant ainsi un personnage reflétant sa personnalité et visant à impressionner l’adversaire.  Mais attention, malgré les apparences, le roller derby est un sport de stratégie où tous les coups ne sont pas permis ! Si le roller derby peut être considéré comme féministe, c’est parce qu’il fait fi des faiblesses prétendument attribuées aux femmes en les invitant à révéler la combattante qui sommeille en elles.

 

Les origines

Née aux Etats-Unis dans les années 40, la discipline a mis du temps à s’imposer comme un sport. Il faudra attendre les années 2000 et la création de la WFTDA (Women’s Flat Track Derby Association) pour que des règles de jeu précises soient instituées. La tendance va s’exporter dans l’Hexagone et partout dans le monde grâce notamment au film Bliss de Drew Barrymore, sorti en 2010. Si le premier championnat de France date seulement de 2015, l’essor a été fulgurant : on compte aujourd’hui 116 ligues. Quant aux hommes, ils sont de plus en plus attirés par cette pratique atypique et commencent eux-aussi à créer des ligues.

Entraînement des Nasty pêcheresses / © Julie Gourhant

 

Les règles

Lors d’un match, deux équipes de cinq joueuses s’affrontent. Chaque équipe se compose de trois « blockeuses », une joueuse pivot et une attaquante (appelée la « jameuse »). Les attaquantes ont pour rôle de franchir le block de joueuses devant elles afin de marquer des points. Les blockeuses peuvent (presque) tout faire pour les déstabiliser et empêcher leur passage.

 

Parole de Nasty Pêcheresse

Karoline (L’Affrontée) : “ De 16 à 45 ans, du XXS au XXL, nous avons créé les Nasty Pêcheresses à l’image de la diversité de Montreuil, et notre nom est bien entendu ancré dans l’histoire de la ville et de ses murs à pêches. Mais notre plus grande implication locale se manifeste au Mange Disc.Ce bar est notre QG d’après match ! Une fois nos patins chaussés, c’est un rôle que l’on joue. On n’est pas des guerrières dans la vie mais de simples étudiantes ou mères de famille. Le derby, c’est l’occasion d’exprimer notre côté bad girl mais surtout c’est une affirmation de soi, de son identité de femme.”

 

La parole du coach

“ Je suis de Montréal, où le roller derby est un sport réputé depuis longtemps. En arrivant à Paris, j’ai voulu m’improviser coach donc j’ai fondé le club en 2013 avec cinq joueuses. On n’est pas une équipe très sportive au sens où l’on se moque un peu de l’esprit de compétition… Par contre, on tient à notre réputation et on couche toujours nos adversaires à la troisième mi-temps, au bar ! Et un seul garçon comme coach pour 40 filles ça c’est sportif ! Savez-vous qu’on est la meilleure équipe du 93 ? Bon ok, en fait on est la seule équipe du département…”

 

 

Le Cri de guerre des @nasty_pecheresses #rollerderby #roller #montreuil #93 #feminist #nastypecheresses

Une publication partagée par Enlarge your Paris (@enlargeyourparis) le

 

Au programme ce week-end de la dernière étape du championnat de France à Montreuil

Cinq matchs, un show burlesque, une déco marine, “ de la food bien fraîche, de la bière en fût et des bonnes odeurs de protecs ! » Samedi une after party est prévue au célèbre repaire montreuillois des fanas de belles mousses : Le Drunken. Dimanche c’est roller disco : tout le monde est invité à amener ses patins !

 

Infos pratiques : «Derbyland #2, La Pêche Miraculeuse», dernière étape du Championnat de France N2. Samedi 1er et dimanche 2 avril. Gymnase René-Doriant, 6 rue du Colonel-Raynal, Montreuil (93). Tarif : 5€. Plus d’infos sur la page Facebook de l’événement.