Michel hermon

Le tour de chant de Léo Ferré à Bobino, six mois après les
« évènements », est mythique. Le poète a traversé un drame
familial et personnel qui l’a éloigné de Paris, et pourtant, Mai 68
inspire les perles noires écrites cette année-là : L’été 68, Ils ont
voté, Pépée, La Révolution... Et les poèmes plus anciens, comme
Madame la misère, mis en musique pour ce récital, entrent en
résonance avec l’époque. Ferré fait sa révolution et son public
rajeunit d’une génération.
C’est là que le jeune Michel Hermon le découvre. Et voilà
qu’après l’avoir maintes fois interprété, le comédien-chanteur
se lance dans cette gageure : reproduire le fabuleux concert,
à l’identique, dans l’ordre voulu par le poète, tel un gardien
du temple qui le reconstruit, l’espace d’une soirée. Et de même
que Michel Hermon endosse ce costume fantôme, le pianiste
Christophe Brillaud fait vibrer les touches dans le sillage de Paul
Castanier, pianiste de Ferré. Pour que cette étrange entreprise
ne sente pas la naphtaline, il fallait tout le talent d’un grand
comédien qui, sa carrière durant, s’est joué des genres en passant
par le théâtre de répertoire, le chant lyrique et la chansonnette.
Michel Hermon : mise en scène, interprétation / Christophe Brillaud : arrangements, piano /
Olivier Foy : création lumières / Tania Volke : son

Infos

Théâtre Antoine Vitez / Ivry

1 rue Simon Dereure , 94200 Ivry-sur-Seine

Dates

Vendredi 16 février 2018 de 21h00 à 00h00